Le Pèlerin

Heureux qui comme Erithacus rubecula a fait un beau voyage

11 Novembre 2011 , Rédigé par Le Pèlerin Publié dans #Observations ailleurs


Nous sommes le 20.09.2011. Le soleil resplendit chez moi et à mesure que j’approche de Moutier le brouillard s’intensifie. Encore quelques virages et…. je croise un objet, identifié immédiatement comme étant un oiseau, posé sur la chaussée. Encore un  individu qui aura été surpris par une voiture pense-je alors !


Je continue ma route sur quelques dizaines de mètres et un je ne sais quoi me fait arrêter, reculer. Le rouge-gorge, couché sur le dos, les pattes en l’air, semble avoir trépassé. Je le prends en main. Il est encore chaud. Comme je le fais habituellement en pareille occasion, je l’embarque dans ma voiture et le pose sur le siège arrière.


Mon programme de la journée continue… Une heure après, sur la route de Delémont, un volatile vient se poser sur mon tableau de bord. Il est encore hésitant mais bien vivant. Il était simplement groggy quand je l’ai récupéré. Nous ferons un bon bout de voyage ensemble. L’’oiseau devient de plus en plus excité et vif. Au retour, je le dépose à l’endroit où je l’ai embarqué. Il file, sans dire merci, se réfugier dans la haie à une dizaine de mètres.

Moralité: Si vous observez un oiseau comme mort sur la route, emportez-le et assurez-vous qu’il soit bien passé à trépas.

En effet, ce genre d’aventure m’est arrivé à trois reprises déjà. C’est peu compte tenu des kilomètres parcourus et des nombreuses collisions d’oiseaux avec des voitures. Pour moi, c’est chaque fois une satisfaction et une bonne dose de bonheur.

Voici l’oiseau en question:

 

Rougegorge_jlb.jpg 

 

Texte et photo: Jelub

 

Partager cet article

Commenter cet article

Viviane 11/11/2011 13:47


Ah, j'aime bien ce genre d'histoire! Chouette pour ce rougegorge.