Le Pèlerin

Voyage ornithologique en Hongrie - mai 2012 - 1/3

30 Décembre 2012 , Rédigé par Le Pèlerin Publié dans #Observations ailleurs

 

Hongrie, 16 au 21 mai 2012

Mon premier voyage en Hongrie avait été trop court, il fallait revenir pour voir les oiseaux emblématiques de la puszta du sud de Budapest au printemps.

La région du Bacs Kiskun est située au sud de Budapest, à environ 80 km. Elle est plate, très plate. Pas plus de 80 m de dénivellation entre le point le plus haut et le plus bas de la région. À l'Ouest coule le Danube, fleuve  déjà très imposant dans cette région. Le Parc national de Kiskunsagi est situé dans cette région. Il est morcelé en plusieurs parties, non contigües, de plusieurs milliers d'hectares chacune.
Arrivé dans l'après midi du 16, je suis allé me promener aux alentours de la ville de Kecskemet, à 5 km à peine. La première photo était pour un Rollier posé bien en vue sur un arbre sec.

 

Rollier_MF.jpg

 

 

Des Faisan de Colchide chantent et se nourrissent dans la plaine, avec des Ramiers et des dizaines d'Alouettes des champs. Les lièvres sont en plein repas, à 50m du chemin, les Loriots et Tourterelles des bois chantent dans tous les boisements !


Le lendemain, je suis attendu par la mère de la propriétaire de l'hôtel où je loge. Nous avons rendez vous avec un ranger du parc national. Susan me guide d'abord dans la zone la plus à l'ouest du Parc, vers Jaraspuszta. Nous découvrons des Guêpiers d'Europe et des Faucon kobez. Nous trouvons le ranger qui guide une classe d'école. Il nous indique quelques sites à visiter en attendant qu'il nous rejoigne. Le vent est fort, mais les Kobez chassent tout autour de nous; le Crécerelle est également très commun. Nous mangeons nos sandwichs au bord d'un lac alcalin; une cinquantaine de Bécasseaux variables, des Tadornes de belon (peu fréquent selon Susan), barbotent dans la vase. 200 Oies cendrés s'envolent tout à coup et passent tout près. Incroyable !


Fauconkobez_MF.jpg

 

 

Oies_MF.jpg

 

 


En nous rendant vers une tour d'observation, un gros faucon (taille de buse variable ou presque!) passe devant la voiture. Le contraste du dos brun roux avec le reste des ailes (et la taille) ne laisse que peu de doute. Il s'agit d'un Faucon sacre. Il vole en rasant les blés, puis disparaît. Le ranger Alexander nous rejoint et lui signalons cette observation, qui ne l'étonne pas vraiment….l'espèce est possible dans cette région. Nous le suivons sur des chemins de sable et de terre. Un groupe d'oiseaux blancs pâture dans un champ de blé: grandes Aigrettes ?? Etonnant: pas d'eau, pas de roseaux… Alexander sort de sa voiture et nous invite à observer ces oiseaux: faute d'aigrettes, on voit des Outardes barbues, onze mâles ensemble. Ils sont visiblement sur le qui vive, bien qu'ils se trouvent à plus de 300 m. Au printemps, les mâles restent ensemble et paradent parfois, pendant que les femelles couvent. Deuxième espèce que j'étais venue voir et on les trouve sur moins de 300 m. Nous contournons ces oiseaux, et du deuxième poste on les voit encore mieux ! Nous les laissons tranquille, tant ces oiseaux semblent timides et vulnérables.


Outardes_MF.jpg



Notre guide nous emmène sur un autre site proche. Ici, nous recherchons vainement d'autres Outardes. Par contre, on compte au moins douze chevreuils, plusieurs lièvres, deux cerfs ! Alexander aperçoit furtivement un gros rapace. Il saute dans sa voiture, se dirige où l'oiseau a disparut. L'oiseau s'envole du champ de céréale où il a plongé, à 50m du Ranger. Cette fois, c'est l'Aigle impérial. Au télescope, c'est bien lui…un immature de 5 ans au moins.


Aigle_imperial_MF.jpg

Pygargue?



Il replonge un peu plus loin dans un autre champ, sa technique de chasse pour capturer les Sousliks et autres proies. L'oiseau, impressionnant, s'envole une dernière fois, commence à cercler, se fait houspiller par des Busards des roseaux, et disparaît au loin. Sur 500m, trois espèces emblématiques de ces pusztas. Tout commence bien. Sur la route du retour, partout des Kobez et Crécerelles, deux Hobereaux, des Busards des roseaux (de loin le rapace le plus vu pendant mon séjour) et un couple de Busards cendrés s'échange une proie. Rolliers, Guêpiers sont communs le long de la route.


Texte et photos: Martial Farine

 

Partager cet article

Commenter cet article

Thierry 31/12/2012 13:33

Joli compte-rendu... qui donne drôlement envie.
Meilleurs voeux de la part des Gazouillis.