Le Pèlerin

Articles avec #a decouvrir ju tag

Des sites à visiter en région jurassienne

14 Mai 2011 , Rédigé par Le Pèlerin Publié dans #A découvrir JU

Cet article vous offre la liste des lieux intéressants (d'un point de vue ornithologique principalement) que vous pouvez visiter dans la région jurassienne. Pour le moment, seuls quelques-uns ont été décrits, mais d'autres viendront peu à peu s'y ajouter.


La carte ci-dessous présente les lieux décrits. En cliquant sur les points rouges, vous afficherez l'article du lieu correspondant.



Biaufond Les Sommêtres Les Rochers de Saint-Brais Plain de Saigne Sur le Vélie

Voir les commentaires

La Noz, un étang à l'histoire mouvementée

13 Mai 2011 , Rédigé par Le Pèlerin Publié dans #A découvrir JU

 

La-Noz_Jelub2.jpg

 

Un peu d'histoire:

 

Au milieu du 18ème siècle, vraisemblablement entre 1743 et 1771, l’Abbé de Bellelay fit construire un étang dans une zone marécageuse, au sud-ouest du couvent. Celui-ci servit de réservoir et l’eau ainsi stockée alimentait l’un des moulins de la communauté religieuse. Comme le vendredi sans viande était obligatoire à l’époque, je suppose que l’étang servait également à l’élevage de poisson et de carpes en particulier.


En 1792, les moines de Bellelay quittent les lieux…. Le 15 décembre 1797, l’armée française s’empare de Bellelay. Le couvent, l’église, les ateliers sont livrés aux pilleurs. Trois jours plus tard, ce qu’il reste, les bâtiments, les terres, les étangs sont vendus aux enchères. L’étang de la Noz est attribué à la Légion d’honneur. Un industriel français (Jappy) acquiert les bâtiments de l’ancienne Abbaye, des terres et des forêts. En 1812, l’étang passe en mains d’un alsacien, le baron de Reinach. Puis, il deviendra la propriété de la famille Amstutz (qui possède la ferme de la Noz depuis lors également).


A la suite d’un long procès, l’Etat de Berne en devient propriétaire en 1919. Le 12 septembre 1972, le Conseil exécutif bernois arrête: « La région au sud de Bellelay, avec les tourbières, l’étang de la Noz et la Rouge-eau, est placée sous la protection de l’Etat et portée sur la liste des réserves naturelles ». Quelques travaux sont réalisés pour éviter l’envahissement naturel.


En 1990, La LSPN (actuellement Pro Nature) constate que l’étang est quasiment comblé. Il faut agir. Ce sera fait, en 1995, à l’occasion de l’Année européenne de la conservation de la nature. Des travaux d’envergure sont exécutés. L’eau retrouve sa place. Les sédiments ont été évacués. Une nouvelle digue est façonnée. Depuis, la Noz a appartenu à la Fondation Bellelay, cédée à cette institution par le canton de Berne. Actuellement c’est la société du Domaine de Bellelay qui en est propriétaire.

 

Au niveau nature:

 

La Noz est toujours une réserve naturelle mais, hélas, la chasse est tolérée et fait de nombreuses victimes en automne…

En 2009, la digue a été remodelée une nouvelle fois dans le cadre de la mise à jour de la Rouge-Eau. Les travaux pour cette dernière se sont poursuis en 2010 et 2011. Ils sont terminés… Par contre, la queue de l’étang s’est à nouveau comblée. Un entretien constant est le gage de la bonne conservation d’un tel biotope. En sera-t-il ainsi ?


La-Noz_Jelub4.jpg

 

Entre 1990 et 1994, alors que l’étang était en piteux état, j’ai fait de nombreux recensements ornithologiques. Durant ces années, j’ai dénombré 74 espèces. Parmi elles, 58% sont des oiseaux de passages. C’est dire l’importance du secteur dans le contexte de la migration.

 

La-Noz_Jelub1.jpg  

Entre 2008 et 2010, la Noz a reçu de nombreuses visites d’ornithologues. Durant ces trois années, ce sont  103 espèces qui ont été répertoriées, soit une augmentation de  39% par rapport aux années 1990-1994. L’étang remplit donc parfaitement son rôle de site de nidification pour certaines espèces liées à l’eau. Mais avant tout ,c’est un lieu de passage migratoire assez important entre la vallée du Doubs et le plateau suisse.


 

 

Septembre et octobre sont les mois favorables à la découverte d’un grand voyageur. Il faut être patient, attendre une météo propice


Si vous y faites un tour, n’oubliez pas de noter vos observations (même si elles vous semblent banales) et confiez-les à Ornitho.ch, au Pèlerin ou à Brahier Jean-Luc (lesnavelles70(at)sunrise.ch).

 

Pour s'y rendre:

 

Situation-La-Noz.jpg

 

Rendez-vous à Bellelay, dans le Jura bernois. Vous pouvez laisser votre voiture sur le parking de l'ancienne Fondation Bellelay (cercle bleu) et continuer à pieds ou en vélo le long du chemin en groise qui part à l'ouest (flèche bleue). Au bout du chemin, il y a une petite place de parc pour les plus paresseux. Au coin des épicéas, un sentier part en direction de l'étang. Vous arriverez à une petite plateforme d'observation (photo ci-dessous).

 

La-Noz_Jelub3.jpg

 

Merci de votre collaboration et bonne chance !

 

Brahier Jean-Luc

Voir les commentaires

Sur le Vélie

16 Juin 2010 , Rédigé par Le Pèlerin Publié dans #A découvrir JU

 

Sur-le-Velie-situation.jpg

 

Le site de Sur le Vélie se trouve sur la commune des Enfers. A la sortie du village, direction Soubey, partez à droite juste après la dernière maison (et juste avant la Snep). Laissez donc votre voiture au village, et privilégiez la marche pour cette petite balade!

 

Le site de Sur le Vélie est avant tout une promenade sympathique sur un chemin qui traverse des zones agricoles mixtes. A gauche (au nord), se trouve un pâturage relativement naturel, plutôt maigre, avec des affleurements de rochers et des buissons à baies et/ou épineux. A droite (au sud) du chemin se trouve une zone d'agriculture plus intensive comprenant des prairies de fauches, des pâturages et des cultures. La forêt toute proche complète la diversité en habitats et en structures du lieu.

 

Cet endroit est particulièrement intéressant en automne et au printemps. Le pâturage extensif et les champs offrent une possibilité de halte à divers oiseaux migrateurs. Nous y avons par exemple observé des Busards des roseaux, un Busard St.Martin, des Bruants ortolans, des Tariers de prés et des Traquets motteux. La pie-grièche niche également dans le secteur. Milans royaux et noirs, Buses variables, Faucons crécerelles, Alouettes des champs, Bruants jaunes et bien d'autres espèces complètent le tableau.

 

pie-grieche-ecorcheur-F.jpg pie-grieche-ecorcheur-M.jpg

Photos: S. Theytaz

 

En continuant un peu plus loin, il nous est arrivé d'observer des chevreuils, des renards ou des lièvres, parfois les trois en même temps! Ce chemin agréable relie Les Enfers aux Sairains, et il est possible de revenir par Les Rottes-Montfaucon (comptez environ deux heures de marche pour faire la boucle).

 

Voir les commentaires

Plain de Saigne

15 Mars 2010 , Rédigé par Le Pèlerin Publié dans #A découvrir JU

panorama plain de saignePhoto: V. Froidevaux

Le site de Plain de Saigne est en premier lieu un haut-marais d'importance nationale. Il s'agit donc de respecter le lieu et de ne pas s'aventurer dans les tourbières fragiles. La zone qui nous intéresse, dans le cas de l'observation des oiseaux, est l'étang, ou plutôt les deux étangs nichés au coeur des marais.

Pour observer les oiseaux, le plus simple est de se rendre sur la digue. Là, vous pouvez observer les oiseaux d'eau sur l'étang principal, ou les autres oiseaux sur le petit étang en contrebas et dans les buissons alentours.
gallinule   Gallinule Poule-d'eau               
 foulque macroule  Foulque macroule                                    Photos: S. Theytaz

Ce site est surtout intéressant au printemps et en automne, lors de la présence d'éventuels oiseaux migrateurs.

On peut y observer notamment des Bergeronnettes des ruisseaux, des Pouillots véloce et fitis, des Fauvettes à tête noire et des jardins, des Foulques, Colverts, Hérons cendrés, des Pics noirs, des Mésanges, une  éventuelle Rousserolle ou un Limicole de passage, etc.

beccroisé                                         Beccroisé des sapins                          Photo: S. Theytaz


Outre sa valeur naturelle, ce site a également une grande valeur patrimoniale et historique. Il abrite en effet un ancien moulin, actionné par l'eau de l'étang, et qui officiait comme moulin et scierie. Vous pouvez toujours voir ses ruines en contrebas de l'étang principal.

Il est possible de se balader aux alentours de l'étang, en direction de La Combe (Lajoux) ou de Montcenez, sur une petite route tranquille en pleine nature.

Pour se rendre à Plain de Saigne, allez jusqu'à Montfaucon (JU), et descendez au sud en direction du Pré-Petitjean. Avant le passage à niveau, partez à gauche (à l'est), puis continuez tout droit (direction La Combe, Lajoux). Le plus simple si vous ne connaissez pas la route est de vous munir d'une carte topographique (par ex. au 1:25'000 n°1105 Bellelay).

Localisation-Plain-de-Saigne.jpg
Voir les commentaires

Les Rochers de Saint-Brais

14 Mars 2010 , Rédigé par Le Pèlerin Publié dans #A découvrir JU

Rochers saint brais                                                                                                                                                   Photo: V. Froidevaux

Les Rochers de Saint-Brais surplombent le village du même nom. Il s'agit du sommet érodé d'un anticlinal, qui offre par temps dégagé une superbe vue sur environ 300°.

panorama rochers saint braisPhoto: V. Froidevaux

Au Nord, on peut apercevoir la France voisine, le Clos-du-Doubs et la région bâloise. A l'Est, on aperçoit les crêtes jurassiennes et parfois la Forêt Noire. Au Sud, quelques sommets des Alpes se découpent à l'horizon (Finsteraarhorn, Eiger-Mönsch-Jungfrau notamment). A l'Ouest, notre regard plonge dans la vallée du Doubs et sur la France voisine.

milan royal                                                  Photo: S. Theytaz
dewplayer:http://www.vogelwarte.ch/db/sound/1090.mp3&
milan noir                                                 Photo: S. Theytaz
dewplayer:http://www.vogelwarte.ch/db/sound/1100.mp3&

Les Rochers de Saint-Brais permettent d'observer les rapaces ou d'autres oiseaux en vol, comme les Milans, les Buses, les Faucons ou les Grands Corbeaux. Si vous avez de la chance, vous pourrez peut-être y voir également l'un ou l'autre Tichodrome échelette, en "vacances d'automne" dans la région!

tichodrome                                                                                                                                Photo: S. Theytaz
                         dewplayer:http://www.vogelwarte.ch/db/sound/3960.mp3&
                                                  

Toujours en automne, c'est un endroit intéressant pour suivre la migration post-nuptiale des Pigeons ramiers (plus de 50'000 en trois heures lors d'un passage exceptionnel en octobre 2009). Cependant, le site n'est pas sécurisé, et comme le sommet est assez étroit il ne peut accueillir beaucoup de monde. Pour une visite de groupe ou en famille, privilégiez les Rochers des Sommêtres, plus sécurisés.
   
L'accès au site depuis les Franches-Montagnes se fait depuis le village de St-Brais. Il faut traverser le village jusqu'au Chésal. Là, partez à gauche et montez. A pied, prenez ensuite la route de gauche à la bifurcation, puis un sentier.
Depuis Glovelier, partez à droite à l'entrée du Chésal, juste avant le village de St-Brais.
Pour plus d'indications, consultez une carte topographique (1:25'000 n° 1105 Bellelay).

carte rochers saint-brais

Cris et chants d'oiseaux tirés de www.vogelwarte.ch

Voir les commentaires

Biaufond

4 Mars 2010 , Rédigé par Le Pèlerin Publié dans #A découvrir JU


Lac-Biaufond-Google-earth_600px.jpg

Le site de Biaufond est formé par le lac de retenue du barrage du Refrain, sur le Doubs. Il s'agit d'un double coude du Doubs, à la frontière entre les cantons du Jura, de Neuchâtel, de Berne et avec la France.

Biaufond village Vue sur la rive suisse du lac de Biaufond, avec une partie du village.

Le site a certainement perdu une grande partie de sa diversité lors du rehaussement du barrage du Refrain, dans les années 50. De très nombreux milieux occupaient les lieux (étangs, roselières, prairies à litières) et les pentes étaient vouées à l'exploitation agricole (aujourd'hui abandonnée sur France). On peut supposer que la diversité de l'avifaune nicheuse est moindre aujourd'hui qu'elle ne l'était auparavant. Les oiseaux des milieux humides ne sont pratiquement plus observés. Par contre, il s'agit d'un site majeur dans la région pour l'hivernage des oiseaux d'eau notamment. A vous de les découvrir. Une centaine d'espèces d'oiseaux sont observés annuellement.

Le site de Biaufond est la porte d'entrée dans la réserve naturelle des côtes du Doubs, dans sa partie jurassienne. Le parking situé sur France offre une bonne vue d'ensemble, mais une promenade le long de la rive jurassienne pourra se révéler fructueuse pour observer les passereaux. Ne pas manquer un dernier détour le long de la Ronde.

Localisation Biaufond












Depuis la Suisse, le site est accessible soit par La Chaux-de-Fonds, soit par le village des Bois (Les Prailats).

Depuis la France, passer par Maîche, Charquemont et Fournet-Blancheroche.


Voir les commentaires

Les Sommêtres

4 Mars 2010 , Rédigé par Le Pèlerin Publié dans #A découvrir JU


Arête Sommêtres panorama
Les rochers des Sommêtres se situent sur le territoire de la commune de Muriaux (JU) et font frontière avec celle du Noirmont. Il s'agit d'une arête rocheuse, dirigée d'est en ouest, et formant un gigantesque "S" qui plonge dans le Doubs. Le sommet culmine à 1079 m d'altitude et offre une vue dégagée sur presque 300°. Seule la partie est/sud-est est masquée par une forêt de crête.
Au cours des années, le site s'est révélé être très favorable à l'observation de la migration des oiseaux. Il s'agit même certainement du meilleur endroit de Suisse pour le Pigeon ramier. Plus de 80'000 ont été observés lors de la migration post-nuptiale de 2009.

ramiers aux sommetresPetit vol de Pigeons ramiers à proximité des Rochers des Sommêtres

Sommetres 001
Les rapaces sont également suivis. Bondrées apivores, Milans royaux, Buses variables, etc, sont systématiquement comptés. D'autres espèces sont également vues presque annuellement, comme les cigognes (noires et blanches), les grands Cormorans et d'autres encore (Balbuzards, Busards, ...). Des nuées de passereaux sont parfois notées les jours favorables.

Photo ci-contre: les membres du Pèlerin lors de la journée de la migration.

Une cabane (gérée par le Groupe des Alpinistes des Franches-Montagnes) est à la disposition du public, et moyennant une modeste contribution il est possible d'y passer la nuit. Le site d'observation est tout au bout du chemin, au lieu-dit  "la croix".

Pour s'y rendre, le plus facile est de passer par le Noirmont et de monter en direction de la clinique Roc-Montès, (Clinique Le Noirmont) puis en direction des Combes. Puis de là, suivre les panneaux des chemins pédestres jaunes.

Carte localisation Sommêtre bis


Voir les commentaires